Quelle retraite pour les salariés du régime général ?

Quelle retraite pour les salariés du régime général ?

7 / 10

retraités au régime des salariés du privé

Créé en 1945, le régime des salariés du privé se compose d'un régime de base, géré par la Cnav, et d'un régime complémentaire, géré depuis 2019 par l'Agirc-Arrco. Tous les salariés des entreprises privées y sont affiliés, ainsi que les non-titulaires de la fonction publique pour leur régime de base. Concernant 7 retraités sur 10, le régime des salariés du privé porte le nom de « régime général ». Présentation des conditions pour toucher sa retraite et son montant.

Quelles conditions pour toucher ma retraite ?

Pour percevoir votre retraite du régime général, vous devez avoir atteint l'âge légalÂge légal de départ à la retraite<p>Âge à partir duquel une personne peut demander à prendre sa retraite. En France, il est de 62 ans pour les assurés nés à partir de 1955.</p> (de 60 à 62 ans selon votre date de naissance).

Il existe des cas de départ anticipé, notamment pour carrière longue, handicap ou pénibilité.

Pour percevoir une retraite à taux plein, vous devez également avoir validé dans l'ensemble des régimes la durée d'assurance requiseDurée d'assurance requise<p>Aussi appelée «<span class="nbsp"> </span>durée minimale d'assurance<span class="nbsp"> </span>», il s'agit de la durée de cotisation légale, calculée en trimestres et tous régimes confondus, nécessaire pour percevoir une pension de retraite à taux plein.</p> (de 160 à 172 trimestres selon votre date de naissance).

Il existe des cas de majoration de durée d'assurance, notamment pour la maternité/paternité.

Quelle retraite vais-je toucher ?

La pension de retraite au régime général se compose de 2 parties : une pension de retraite de base et une pension de retraite complémentaire.

Pension de retraite de base

Elle dépend :

  • de votre Salaire annuel moyenSalaire annuel moyen (SAM)<p>Salaire de référence servant de base au calcul de la retraite de base dans les régimes des salariés. Ce montant correspond à la moyenne des salaires des 25 meilleures années d'activité, dans la limite du plafond de la Sécurité sociale.</p> (SAM), qui est la moyenne annuelle de vos 25 meilleures années de salaire ;
  • du nombre de trimestres validés par rapport à votre durée d'assurance requise (de 160 à 172 trimestres).

Si vous avez validé la durée d'assurance requise

Pension de base = Salaire annuel moyen x 50 %

Vous bénéficiez de la retraite à « taux plein ».

Si vous avez validé moins de trimestres

Pension de base = (Salaire annuel moyen x 50 %)
x (durée d’assurance validée / durée d’assurance requise) - décote

Votre pension de base est « proratisée », c'est-à-dire réduite au prorata du nombre de trimestres validés au régime général par rapport à la durée d'assurance requise. Par exemple, si vous avez validé 150 trimestres alors que vous deviez en valider 165 pour une carrière complète, on multiplie par 150/165 = 90,9 % de pension que vous toucherez.

Votre pension de base subit également une décote : 1,25 % de minoration par trimestre manquant pour atteindre :

  • soit la durée d'assurance requise,
  • soit l'âge d'annulation de la décoteÂge d'annulation de la décote<p>Âge à partir duquel il est possible pour une personne de liquider sa pension de retraite à taux plein sans avoir cotisé la durée d'assurance requise.</p> (de 65 à 67 ans selon votre date de naissance).

On retient le plus petit nombre, dans la limite de 20 trimestres.

Si vous n'avez pas une carrière complète mais prenez votre retraite à partir de l'âge d'annulation de la décote : comme son nom l'indique, votre pension de base ne subira plus de décote, mais elle sera toujours proratisée.

Si vous avez validé plus de trimestres

Pension de base = (Salaire annuel moyen x 50 %) + surcote

Votre pension de base bénéficie d'une surcote : elle est augmentée de 1,25 % par trimestre validé au-delà de la durée d'assurance requise.

Pension de retraite complémentaire

Elle est calculée en multipliant le nombre de pointsPoint de retraite<p>Les cotisations d'un assuré lui permettent d'acquérir des points retraite dans certains régimes, comme le régime complémentaire Agirc-Arrco. Le montant de sa retraite est égal au total des points acquis pendant sa vie professionnelle, multipliée par la valeur du point lors de son départ en retraite.</p> Agirc-Arrco acquis, par la valeur du point au moment de votre départ à la retraite.

La décote s'applique dans les mêmes conditions que pour la retraite de base.

À cela s'ajoute, depuis le 1er janvier 2019, un « bonus-malus ». Si vous demandez votre retraite complémentaire à la date à laquelle vous bénéficiez du taux plein au régime de base, une minoration de 10 % s'appliquera pendant 3 ans (ou jusqu'à vos 67 ans si vous les atteignez avant).

Ce malus est annulé si vous décalez votre liquidationLiquidation de la retraite<p>Lorsqu'un assuré souhaite partir à la retraite, il doit demander la liquidation de ses droits, c'est-à-dire faire valoir ses droits pour déclencher la mise en paiement de sa pension de retraite.</p> d'1 an. Vous pouvez même bénéficier d'une majoration pendant 1 an de :

  • 10 % si vous décalez la liquidation de votre retraite complémentaire de 2 ans ;
  • 20 % si vous la décalez de 3 ans ;
  • 30 % si vous la décalez de 4 ans.

En savoir plus sur le calcul de la retraite complémentaire.

Cet article vous a t-il été utile ? Oui Non

Merci pour votre message !

Merci pour votre participation !

Laissez nous votre avis !

A découvrir aussi