Comment sont augmentées les retraites ?

Comment sont augmentées les retraites ?

Au moment de liquider votre retraite, votre pension mensuelle est calculée en fonction des règles propres à vos différents régimes. Pour autant, ce montant n'est pas définitif : il est revalorisé chaque année. Les pensions de retraite de base, de retraite complémentaire, mais aussi le minimum vieillesse sont en principe revalorisés chaque année. Les règles ont changé au cours du temps, et sont un peu différentes suivant le type de pension. Présentation.

L'augmentation de la retraite de base

Depuis 2018, les pensions de retraitePension de retraite<p>Somme versée périodiquement à un assuré après la liquidation de sa retraite, après cessation totale ou partielle de l'activité professionnelle.</p> de base des salariés, fonctionnaires, salariés agricoles, indépendants, professions libérales, agriculteurs et régimes spéciaux sont revalorisées le 1er janvier. Pour l'année 2019, la loi a fixé une augmentation de 0,3 %, inférieure à l'inflation.

Il s'agit cependant d'une exception. Jusqu'à présent, le pourcentage d'augmentation était indexé sur l'inflation, c'est à dire sur la moyenne de la hausse des prix (hors tabac) de septembre de l'année N-1 au mois d'août de l'année N (par exemple, septembre 2016 à août 2017 pour la revalorisation du 1er octobre 2017).

Mais cette règle ne fonctionne que pour que les pensions augmentent. Si les prix baissent, les pensions ne baissent pas : elles restent au même niveau.

L'augmentation de la retraite complémentaire

Les pensions complémentaires des salariés du privé (Agirc-ArrcoAgirc-Arrco<p>Régime unique de retraite complémentaire pour les salariés du privé (cadres et non-cadres) depuis le 1er janvier 2019. Il fonctionne par points.</p> ) augmentent le 1er novembre de chaque année depuis 2016. C'est le conseil d'administration qui fixe le taux de l'augmentation. Pour 2018, le pourcentage est calqué sur celui de la hausse des prix hors tabac, moins 1 point.

Là aussi, cette règle ne s'applique que pour l'augmentation des pensions. Si l'inflation est inférieure à 1 %, les pensions ne sont pas augmentées : elles restent au même niveau. Ainsi, les pensions complémentaires n'ont pas été augmentées en 2016 et en 2017, l'inflation étant inférieure à 1 %. Le 1er novembre 2018, en revanche, elles ont été revalorisées de 0,6 %, l'inflation étant de 1,6 %.

Les pensions complémentaires versées par l'IrcantecIrcantec<p>Caisse de retraite complémentaire des agents non-titulaires de la fonction publique. Elle fonctionne par répartition et par points.</p> et le régime complémentaire des indépendants (SSI) suivent les règles du régime de base des salariés. En 2019, comme au régime général, l'augmentation a été de 0,3 %.

Les autres régimes complémentaires (professions libérales, artistes...) fixent leurs propres règles d'augmentation.

L'augmentation de la retraite minimale

L'Allocation de solidarité pour les personnes âgées (Aspa), ex minimum vieillesse, est revalorisé le 1er janvier de chaque année depuis 2019 (avant, c'était le 1er avril). Son montant est fixé par décret. Il est de 868,20 € depuis le 1er janvier 2019. Il augmentera progressivement, de 800 € en 2017 à 903 € en 2020.

Le minimum contributif, pour sa part, est revalorisé au même rythme et dans les mêmes modalités que la retraite de base. Il s'élève à 636,57 € par mois (697,68 € pour les retraités qui ont rempli la durée d'assurance requise).

Les agriculteurs ayant historiquement des pensions très faibles, bénéficient d'un minimum spécifique à leur profession. Si le total de la retraite d'un exploitant agricole (base + complémentaire) est inférieur à 75 % du Smic, il est augmenté par la MSAMSA ou Mutualité sociale agricole<p>Organisme chargé de gérer la retraite de base des salariés agricoles et la retraite de base et complémentaire des exploitants agricoles.</p> pour atteindre ce montant.

Un peu d'histoire

L'augmentation des retraites au rythme de l'évolution des prix n'a pas toujours été la règle.

Entre 1948 et 1987, les pensions de retraite de base des salariés ont été revalorisées suivant l'évolution moyenne des salaires des assurés. Or, les salaires, pendant toutes ces années, ont augmenté plus vite que les prix. C'est ce qui a permis aux retraités de gagner en pouvoir d'achat. Leur niveau de vie a dépassé celui des actifs, alors qu'il était inférieur de 20 à 30 % au début des années 1970.

Depuis 1987, l'augmentation de la pension de retraite de base a été indexée sur les prix, et non plus sur les salaires. L'évolution des retraites complémentaires des salariés a été elle aussi alignée sur les prix. Depuis 2013, elle est même fixée à 1 % en-dessous.

En conséquence, les pensions évoluent désormais moins vite que les salaires. Ces mesures visent à rétablir l'équilibre financier des régimes. Le pouvoir d'achat moyen des retraités continue d'augmenter malgré cela, mais en raison d'un autre phénomène : les personnes qui arrivent à la retraite aujourd'hui ont fait, en moyenne, de meilleures carrières que leurs aînés (en particulier les femmes).

Globalement, cependant, l'accroissement de la proportion de retraités dans la population entraîne une baisse mécanique du rendement de nos cotisationsCotisation retraite<p>Somme prélevée sur les salaires et/ou les revenus professionnels afin de financer les retraites.</p> , le montant de retraite que l'on peut espérer obtenir en échange d'un euro de cotisation retraite, va nécessairement décroître.

En savoir plus sur les dernières évolutions des pensions de retraite.

Cet article vous a t-il été utile ? Oui Non

Merci pour votre message !

Merci pour votre participation !

Laissez nous votre avis !

A découvrir aussi