Pourquoi partir à la retraite à 67 ans ?

Pourquoi partir à la retraite à 67 ans ?

Autrefois fixé à 65 ans, l'âge dit du "taux plein" est désormais établi à 67 ans pour tous les salariés du régime général. En prenant votre retraite à cet âge, même si vous n'avez pas tous vos trimestres, vous percevrez une retraite sans décote ni malus. Mais pas forcément une retraite complète ! Explications.

Qu'est-ce que le taux plein automatique pour votre retraite de base ?

Vous percevez une retraite de base sans décote...

En principe, si vous prenez votre retraite avant d'avoir validé tous vos trimestres, votre pension est affectée d'une décoteDécote<p>Réduction définitive appliquée au montant de la pension d'un assuré. Elle s'applique lorsque l'assuré choisit de partir à la retraite alors qu'il n'a pas atteint la durée de cotisation requise pour percevoir une retraite à taux plein.</p> . Si vous prenez votre retraite à 67 ans ou plus tard, cette décote ne s'applique pas, et ce quel que soit le nombre des trimestres que vous avez validés. Vous avez donc la garantie d'une retraite de base au taux maximal de 50 %.

...Mais pas forcément une retraite de base complète

En revanche, s'il vous manque des trimestres, votre pension sera tout de même proratisée. Ainsi, par exemple, si votre durée d'assurance légale est de 168 trimestres et que vous n'en avez validé que 150, votre pension sera multipliée par 150/168, et donc réduite. Si votre pension de retraite de base à taux plein s'élève à 1 400 €, par exemple, vous ne percevrez que 1 400 x 150/168 = 1 250 €.

Une retraite pleine à 67 ans : sans décote et sans malus

Vous percevez votre retraite complémentaire sans décote...

Lorsque vous prenez votre retraite sans avoir validé tous vos trimestres, votre pension complémentaire subit également une décote. Si vous liquidez votre retraite à 67 ans, cette décote disparaît.

...et votre pension de retraite complémentaire sans malus

Quand vous avez tous vos trimestres, votre pension complémentaire peut être affectée d'un malus de 10 %, pour peu que vous remplissiez les conditions du taux plein (avoir 62 ans et tous vos trimestres) depuis moins d'1 an. Ce malus s'applique pendant les 3 premières années de retraite.

Si vous avez 67 ans au moment de votre retraite, en revanche, le malus ne s'applique pas, quel que soit votre nombre de trimestres.

Et si vous ne preniez pas (encore) votre retraite ?

Vous gagnez une surcote définitive sur votre retraite de base

Si vous continuez à travailler après 67 ans alors que vous avez tous vos trimestres, votre pension de base est majorée d'une surcote de 1,25 % par trimestre.

Par exemple, si vous travaillez jusqu'à 68 ans, votre pension de base s'élèvera à 1 470  = 1 400 + 5 % (4 X 1,25 %).

S'il vous manque encore des trimestres, rester en activité après 67 ans ne vous donne pas de surcote, mais vous améliorez votre future pension de base, en réduisant l'effet de la proratisation.

Reprenons l'exemple donné plus haut : vous devez valider 168 trimestres, vous n'en avez que 150, votre pension complète à taux plein s'élève à 1 400 € par mois. Si vous prenez votre retraite à 67 ans, elle ne s'élèvera qu'à 1 400 x 150/168 = 1 250 €. Si vous travaillez 1 an de plus, vous aurez 154 trimestres, et votre retraite s'élèvera à 1 400 x 154/168 = 1 283,33 €. Il vous faudra travailler 4 ans et demi de plus (18 trimestres) pour annuler la décote.

Vous augmentez votre retraite complémentaire

En continuant à travailler, vous accumulez davantage de points de retraite complémentaire. Par ailleurs, vous pouvez avoir droit à un bonus de 10 % sur votre pension complémentaire, si vous partez plus de 2 ans après avoir validé tous vos trimestres. Le bonus est de 20 % si vous différez votre départ de 3 ans, et de 30 % au-delà de 4 ans. Il n'est valable que pour votre 1ère année de retraite.

Cet article vous a t-il été utile ? Oui Non

Merci pour votre message !

Merci pour votre participation !

close icon

Laissez nous votre avis !

A découvrir aussi