L’augmentation de l’âge moyen de départ à la retraite  en France

L’augmentation de l’âge moyen de départ à la retraite en France

Si, dans les années 70, les possibilités de partir plus tôt en retraite se sont développées, on remarque que depuis les années 90, les différentes réformes sur la retraite se sont concentrées sur le recul de l’âge effectif de départ. Tous régimes confondus, la tendance est actuellement autour de 62 ans et cet âge tend toujours à progresser.

Un âge effectif qui continue d’augmenter

En février 2018, la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (Drees) a publié une étude sur le sujet. Il en découlait que l'âge moyen de départ à la retraite avait augmenté en France de 1 an et 4 mois entre 2010 et fin 2016.

Il se situait à 60 ans et 5 mois sur la période allant de 2004 à 2010. En 6 ans, cet âge a atteint 61 ans et 10 mois, plus précisément 61 ans et 6 mois pour un homme et 62 ans et 1 mois pour une femme

Cette progression continue est le résultat des reports de :

  • l'âge légal de départÂge légal de départ à la retraite<p>Âge à partir duquel une personne peut demander à prendre sa retraite. En France, il est de 62 ans pour les assurés nés à partir de 1955.</p>   à la retraite de 60 à 62 ans, pour les générations nées à partir de 1955 ;
  • l'âge de départ à taux pleinÂge d'annulation de la décote<p>Âge à partir duquel il est possible pour une personne de liquider sa pension de retraite à taux plein sans avoir cotisé la durée d'assurance requise.</p>   de 65 à 67 ans, âge auquel la décote s'annule automatiquement en cas de période de cotisation insuffisante.

Le relèvement progressif de cet âge était inscrit dans la réforme des retraites de 2010. Celle-ci avait pour objectif d'assurer l'équilibre et la pérennité du système des retraites. En allongeant la période d'activité, et par conséquent la période des cotisations, l'objectif était d'améliorer les finances du système de retraite. Le fait de reculer le paiement des pensions de retraite y participait également.

Entre 2010 et 2016, la conséquence de cette réforme a été l'effondrement de la proportion de retraités de moins de 62 ans :

  • de 64 % à 26 % pour les Français âgés de 60 ans ;
  • de 76 % à 34 % pour les Français âgés de 61 ans ;
  • de 79 % à 72 % pour les Français âgés de 62 ans.

Une volonté des pouvoirs publics de maintenir cette tendance

L’âge effectif de départ à la retraite devrait continuer de progresser pour plusieurs raisons :

  • l’entrée sur le marché du travail se fait de plus en plus tardivement ;
  • les parcours professionnels sont moins linéaires ; la durée d’assurance augmente, sous l’effet notamment de la réforme des retraites de 2014.

Le Conseil d’orientation des retraites (COR), dans ses dernières projections de 2019, estimait que l’âge, qu’il appelle « conjoncturel », passerait de 62 ans à 64 ans d’ici 2030 puis se maintiendrait en l’état.

La réforme des retraites de 2019 ne devrait pas inverser la tendance. Le Premier ministre, lors de son discours du 12 juin 2019, a annoncé un « âge d’équilibre » ou « âge pivot » qui, sans remettre en cause l’âge légal de départ à 62 ans, inciterait les Français à partir plus tardivement à la retraite via un système de décote. L’âge de 64 ans est évoqué, mais pour l’instant rien n’est confirmé.

Malgré ce constat, la France reste néanmoins le pays européen dans lequel l'âge légal de départ à la retraite est le plus bas (62 ans). En effet, dans les pays voisins, il est de 65 ans en Belgique, en Italie, en Allemagne et en Espagne.

Cet article vous a t-il été utile ? Oui Non

Merci pour votre message !

Merci pour votre participation !

Laissez nous votre avis !

A découvrir aussi