Retraite progressive : les différences selon les caisses de retraite

Retraite progressive : les différences selon les caisses de retraite

La retraite progressive permet, à partir de 60 ans, de travailler à temps partiel tout en percevant une fraction de sa pension de retraite. Cette formule permet à la fois de lever le pied dans sa vie professionnelle, et de continuer de valider des trimestres pour la retraite. Les règles sont légèrement différentes selon les caisses de retraite suivantes : la Caisse nationale d'assurance vieillesse (Cnav), la Mutualité sociale agricole (MSA) et la Sécurité sociale des indépendants (SSI). On fait le point !

Qui a droit à la retraite progressive ?

La retraite progressive est ouverte à tous les assurés cotisant au régime général ou à l'un des régimes alignés. Cela représente : 

  • les salariés du privé (CnavCNAV ou Caisse nationale d'assurance vieillesse<p>Organisme chargé de gérer le régime général de retraite des salariés du secteur privé.</p>/Carsat & Agirc-ArrcoAgirc-Arrco<p>Régime unique de retraite complémentaire pour les salariés du privé (cadres et non-cadres) depuis le 1er janvier 2019. Il fonctionne par points.</p>) ;
  • les salariés et exploitants agricoles (MSAMSA ou Mutualité sociale agricole<p>Organisme chargé de gérer la retraite de base des salariés agricoles et la retraite de base et complémentaire des exploitants agricoles.</p>) ;
  • les artisans, commerçants et industriels (SSI).

Suis-je concerné si je travaille dans le public ?

Les fonctionnaires n'ont plus accès à la retraite progressive depuis 2011. Par contre, les agents non titulaires (contractuels) de l'État, de l'hôpital ou des collectivités locales y ont accès, car ils cotisent à la Cnav.

L'assuré doit en outre avoir au moins 60 ans et avoir totalisé au moins 150 trimestres.

Retraite progressive et Cnav/Carsat

La Cnav gère l'Assurance retraite au niveau national, les Carsat (Caisse d'assurance retraite et de santé au travail) au niveau régional. 

Pour bénéficier de la retraite progressive, le salarié doit exercer une activité à temps partiel, entre 40 % et 80 % du temps plein, avec l'accord de son employeur.

La caisse de retraite calcule la pension de retraite à laquelle l'assuré aurait droit en l'état des droits accumulés, et lui en verse une fraction qui correspond à sa réduction de temps de travail (par exemple, un assuré qui travaille à 75 % perçoit 25 % de sa pension de retraite).

Retraite progressive et Agirc-Arrco

La demande de retraite progressive dans le régime de base (Cnav/Carsat) entraîne automatiquement la demande de retraite progressive dans la retraite complémentaire (Agirc-Arrco). 

La fraction de retraite complémentaire Agirc-Arrco est la même que la retraite de base Cnav/Carsat : elle correspond à la réduction du temps de travail. Un coefficient de minoration affecte ce montant lorsque le salarié n'a pas rempli sa durée d'assurance, elle augmente avec le nombre de trimestres manquants. Par exemple, une personne à laquelle il manque 4 trimestres voit le montant de sa retraite progressive imputée d'un coefficient de 0,96. Autrement dit, il ne percevra que 96 % de son montant.

Retraite progressive et MSA

Salarié agricole

Les règles du calcul de la retraite progressive sont les mêmes que pour les salariés du privé : on calcule la pension de retraite à laquelle l'assuré aurait droit et on lui verse la fraction qui correspond à sa réduction de temps de travail. 

Exploitant agricole

La MSA est gestionnaire de la retraite de base et de la retraite complémentaire des exploitants agricoles.

On distingue 2 situations selon que l'exploitant est assujetti au temps de travail ou à la Surface minimum d'installation (SMI).

Exploitant assujetti au temps de travail 

Deux formats de retraite progressive sont possibles : 

  • si l'exploitant diminue son temps de travail annuel entre 400 à 800 heures, il perçoit 40 % de sa pension de retraite ;
  • s'il diminue son temps de travail de plus de 800 heures, il perçoit 50 % de sa pension.

Exploitant assujetti à la Surface minimale d'installation (SMI)

Là aussi, 2 formats sont possibles : 

  • si l'exploitant diminue son exploitation entre 35 à 45 %, il perçoit 40 % de sa pension de retraite ;
  • s'il diminue son exploitation de plus de 45 %, il perçoit 50 % de sa retraite.

Retraite progressive et SSI

Les artisans, commerçants et industriels ne comptant pas leurs heures, ce n'est pas le volume de travail qui est pris en compte pour calculer le montant de la retraite progressive, mais le revenu. On compare les revenus de l'année précédente avec la moyenne des revenus des 5 dernières années, et la fraction de pension versée correspond à la réduction du revenu.

À noter : ce calcul se fait après coup. Pendant les 18 premiers mois de retraite progressive, l'assuré reçoit 50 % de sa pension de retraite. En fonction de la retraite progressive à laquelle il a droit, la SSI reversera les sommes supplémentaires dues (ou inversement, l'assuré devra rembourser le trop-perçu !).

Cet article vous a t-il été utile ? Oui Non

Merci pour votre message !

Merci pour votre participation !

close icon

Laissez nous votre avis !

A découvrir aussi