Chômage en fin de carrière : ce qu'il faut savoir

884 000

chômeurs de 50 ans au 4e trim. 2021 (source : Pôle emploi)

La fin de carrière n'est pas toujours un long fleuve tranquille. Des périodes de chômage inattendues peuvent compliquer vos projets de départ à la retraite. Fort heureusement, à partir de 50 ans, les règles d'indemnisation s'adaptent au fur et à mesure que vous vous rapprochez de la retraite. Explications.

Quels sont mes droits au chômage de 50 à 61 ans ?

Pour rappel, vous ne pouvez percevoir d'indemnités chômage que si vous êtes inscrit à Pôle emploi, au plus tard 12 mois après la perte involontaire de votre dernier emploi et que vous avez travaillé au moins 6 mois (soit 130 jours ou 910 heures) au cours des 24 derniers mois. Cette période de référence affiliation s'étend sur les 36 derniers mois si vous avez 53 ans et plus.

Le montant de l'allocation chômage d'aide au retour à l'emploi (ARE) versée par Pôle emploi se fonde sur votre salaire journalier de référence (SJR), qui est égal à votre rémunération brute des 24 derniers mois, divisée par le nombre de jours (samedi et dimanche inclus) où vous étiez sous contrat à cette période (si vous avez moins de 53 ans, sinon voir partie suivante). L'allocation est égale à 40,4 % de votre SJR + 12,12 € par jour ou à 57 % de votre SJR, selon ce qui vous est le plus favorable. Si vous avez moins de 53 ans, la durée totale d'indemnisation est limitée à 2 ans. En 2022 , l’allocation ne peut être pas être inférieure à 507,3  € nets par jour. 

Si votre chômage a commencé avant le 1er octobre 2021, les règles de calcul du SJR sont différentes. Votre SJR est égal à :  salaire annuel de référence / (nombre de jours travaillés durant la période de référence de calcul (PRC) x 1,4). La période de référence est de 12 mois au maximum. 

Le chômage vous permet d'assimiler 1 trimestre de retraite tous les 50 jours (dans la limite de 4 par an s'il s'agit d'un chômage indemnisé et jusqu'à 6 trimestres au total s'il s'agit de votre 1ère période de chômage non indemnisé). Par ailleurs, les allocations chômage vous donnent également droit à des points pour la retraite complémentaire dans le cadre d'un chômage indemnisé.

Les droits au chômage à partir de 50 ans

Si vous perdez votre emploi entre 50 et 52 ans, la durée d'indemnisation ne peut pas dépasser 24 mois, ce qui est une règle commune à tous ceux qui ont moins de 53 ans. 
 
Ce qui change, à partir de 50 ans, c'est que vous pouvez choisir l'Allocation de solidarité spécifique (ASS) si elle vous est plus favorable que l'ARE. En 2022 , son montant mensuel est au minimum de 507,3  € (16,91  € par jour) et au maximum de 1183,7  € (39,46  € par jour).

Les droits au chômage à partir de 53 et 55 ans

A 53 ans et 54 ans 

Les conditions pour percevoir les allocations chômage sont moins strictes : ce sont les 36 derniers mois (et non 24) qui sont pris en compte pour identifier les 4 mois de travail requis pour bénéficier d'une indemnité.
 
La durée maximale d'indemnisation est de 30 mois, avec une prolongation possible de 6 mois si vous suivez une formation.

A partir de 55 ans

Le seul changement concerne la durée maximale d'indemnisation, qui passe de 30 mois (hors formation) à 36 mois.  

A noter que dans le contexte de la crise sanitaire, les 6 mois requis pour toucher le chômage peuvent être recherchés sur une période étendue du 1er mars au 31 mai 2020 et du 30 octobre 2020 au 31 juin 2021, soit un total de 27 mois (pour les moins de 53 ans) ou 44 mois (pour les plus de 53 ans). 

Quels sont mes droits au chômage après 62 ans ?

Les indemnités chômage après 62 ans

À partir de 62 ans, les indemnités chômage peuvent vous être versées jusqu'à ce que :

  • Vous disposiez du nombre de trimestres requis pour un départ à taux plein ;
  • Vous atteigniez l'âge de départ à taux plein d'office, situé entre 65 et 67 ans selon votre année de naissance ;
  • Vous bénéficiiez d'une retraite anticipée (carrière longue, pénibilité, travailleurs handicapés, incapacité

permanente ou amiante).

Néanmoins, pour obtenir des indemnités après 62 ans et assimiler les trimestres manquants, sans avoir à rechercher activement un nouveau travail, il vous faut remplir les conditions suivantes :

  • Être indemnisé depuis au moins 1 an ;
  • Justifier de 100 trimestres et de 12 ans de cotisation à l'assurance chômage.

Grâce à ce système, le fait de vous retrouver au chômage à 59 ans peut vous donner droit à l'ARE jusqu'à un départ à taux plein (entre 65 et 67 ans généralement).
 

Exemple : Éric est né en 1961 et se retrouve au chômage à 59 ans, après avoir cotisé 150 trimestres. Il remplit les conditions nécessaires pour toucher le chômage pendant 36 mois, soit 3 ans. Cela lui permet de valider 12 trimestres (4 par an) et de valider un total de 162 trimestres, à 62 ans. À partir de cet âge, il répond aux conditions pour débloquer de nouveaux droits et il lui est ainsi possible de continuer à percevoir les indemnités et d'assimiler les trimestres manquants pour le taux plein (168 trimestres pour sa génération). Il devra partir à la retraite à 64 ans, quand il aura validé les 6 trimestres restants et bénéficiera du taux plein.

Que faire si vous n'avez pas le droit aux indemnités chômage après 62 ans ?  

Si vous ne pouvez pas prétendre aux allocations chômage alors que vous avez 62 ans et qu'il vous manque des trimestres pour un taux plein, vous pouvez tout de même assimiler des trimestres via le chômage non indemnisé. Vous ne débloquerez cependant aucun point pour la retraite complémentaire.

La 1ère fois, le chômage non indemnisé valide jusqu'à 6 trimestres.
 
S'il fait suite à une période indemnisée ou qu'il ne s'agit pas d'une 1ère fois, le chômage non indemnisé valide :

  • 4 trimestres maximum pour les -55 ans
  • 4 trimestres maximum pour les +55 ans ayant moins de 20 années de cotisation
  • 20 trimestres maximum pour les +55 ans ayant 20 années de cotisation ou plus.
Exemple : Sylvie est née en 1967 et a validé 164 trimestres. Il lui manque 6 trimestres pour partir au taux plein. Actuellement sans emploi et sans droit à l'indemnité chômage, elle assimile tout de même de nouveaux trimestres grâce au chômage non indemnisé. Puisque c'est la 1ère fois qu'elle se retrouve dans cette situation, elle pourra valider les 6 trimestres au bout de 300 jours. Autrement, elle n'aurait pu valider que 4 trimestres la 1ère année et aurait dû attendre l'année suivante pour obtenir les 2 trimestres manquants.

Au cours de la période de chômage non indemnisé, selon votre situation, vous pouvez tout de même prétendre à l'ASS. Pour cela, il faut avoir travaillé au moins 5 ans au cours des 10 dernières années. A défaut, vous pourrez bénéficier du revenu de solidarité active (RSA), d'un montant minimal mensuel de 565,34  € par mois en 2022. Soyez vigilant : seule l'ASS vous permet de recevoir des points de retraite complémentaire.
 
Que ce soit pour le chômage indemnisé ou non indemnisé, Pôle emploi transmet automatiquement les informations à la Caisse nationale d'assurance vieillesse (Cnav). Toutefois, pensez à demander la liquidation de votre retraite 4 à 6 mois avant que vous n'atteigniez la date à laquelle vous devrez partir à taux plein, car la transition entre les indemnités chômage et les pensions de retraite n'est pas automatique.
 
Pour tout comprendre à propos de la validation des périodes de chômage pour votre retraite, retrouvez notre article dédié chômage et retraite

Cet article vous a t-il été utile ? Oui Non

Merci pour votre message !

Merci pour votre participation !

Fermer le volet

Laissez nous votre avis !

A découvrir aussi