A A A | imprimer |
11/10/2018

Retraite complémentaire : ce qui change pour vos cotisations au 1er janvier 2019

A compter du 1er janvier 2019, il n'y aura plus qu'un régime complémentaire unique pour les salariés du privé, cadres et non-cadres : l'Agirc-Arrco.

Jusqu'à présent, les cotisations de retraite complémentaire des salariés étaient différentes suivant votre statut : cadre ou non-cadre. Tous les salariés cotisaient à l'Arrco et les cadres cotisaient en plus à l'Agirc. Désormais, tous cotiseront de la même manière et dans les mêmes conditions à l'Agirc-Arrco. Comment cela va-t-il se traduire sur votre fiche de paie ?

Avant le 1er janvier 2019 :

  • Les salariés non-cadres cotisent uniquement à l'Arrco à un taux de 7,75 % sur la part de leur salaire située sous le Plafond de la Sécurité sociale (PSS), fixé pour 2018 à 3 311 € bruts mensuels, et à un taux de 20,25 % sur la « tranche 2 » (part du salaire située entre 1 fois et 3 fois le PSS, soit entre 3 311 € et 9 933 €) ;
  • Les cadres cotisent à l'Arrco à un taux de 7,75 % pour la part de leur salaire située sous le PSS, et à l'Agirc à un taux de 20,55 % sur les tranches B (part du salaire comprise entre 1 fois et 4 fois le PSS) et C (part du salaire compris entre 4 fois et 8 fois le PSS).
D'autres cotisations annexes s'ajoutent :

  • l'Association pour la gestion du fonds de financement de l'Agirc et de l'Arrco (AGFF) pour tous, représentant 2% du salaire sous le PSS et 2,2 % entre 1 fois et 8 fois le PSS ;
  • la Contribution exceptionnelle temporaire (CET) pour les cadres (0,35 % sur l'ensemble du salaire jusqu'à 8 fois le PSS) ;
  • un supplément de cotisation : la Garantie minimale de points (GMP), pour les cadres gagnant moins qu'un certain salaire (3 664,82 € en 2018). Son montant est de 72,71 € par mois en 2018.
Le financement de l'ensemble de ces cotisations est réparti entre l'employeur et le salarié.

Après le 1er janvier 2019 :

Les tranches de revenus seront uniformisées et réduites au nombre de 2 :

  • la tranche 1 (dite « T1 ») est la part de la rémunération inférieure au plafond de la Sécurité sociale ;
  • la tranche 2 (dite « T2 ») est la part de la rémunération comprise entre 1 et 8 fois ce même plafond.
Tous les salariés acquitteront donc une cotisation de :

  • 7,87 % sur la tranche 1 ;
  • 21,59 % sur la tranche 2.
L'AGFF, la CET et la GMP seront supprimées et remplacées par 2 autres cotisations :

  • la Contribution d'équilibre général (CEG), qui s'élèvera à 2,15 % sur la T1 et 2,70 % sur la T2 ;
  • la Contribution d'équilibre technique (appelée également CET), s'appliquera aux salariés dont le salaire est supérieur au PSS, et qui s'élèvera à 0,35 % sur les 2 tranches.
Toutes ces cotisations seront payées à 40 % par le salarié et 60 % par l'employeur. Celui-ci pourra, s'il le souhaite, appliquer une répartition plus favorable pour les salariés.

Vos cotisations vont-elles augmenter ou diminuer ?

La plupart du temps, elles augmenteront car les taux seront plus élevés. Cette hausse des cotisations sera répartie entre l'employeur et le salarié.

  • Sur la tranche 1 : + 0,27 %, voire + 0,62 % pour les non-cadres qui gagnent plus que le plafond de la Sécurité sociale. 
  • Sur la tranche 2 : + 1,54 % pour les cadres et + 2,19 % pour les non-cadres
A l'inverse, cette hausse des cotisations peut être compensée, voire inversée, pour les cadres qui gagnent moins que le seuil de la GMP (3 664,82 €), et plus encore s'ils gagnent moins que le PSS. Ces derniers ne paieront plus ni la GMP ni la CET. Par contre, ils paieront la CEG.

En résumé :

  • Les non-cadres paieront davantage de cotisations retraite ;
  • Les cadres dont la rémunération est proche ou supérieure au salaire utilisé pour le calcul de la GMP, soit 3664,82 € brut par mois en 2018, paieront également davantage de cotisations retraite ;
  • Les cadres dont la rémunération est sensiblement inférieure au salaire utilisé pour le calcul de la GMP, soit 3664,82 € brut par mois en 2018, paieront moins de cotisations retraite du fait de la suppression de la GMP. Par contre, ils perdront la garantie d'acquérir 120 points de retraite complémentaire par an.
Source : Agirc-Arrco

PARTAGEZ CE CONTENU : Imprimer | Partagez sur facebook Partagez sur twitter Partagez sur linkedin Partager sur Google+

offre MAF
Mon parcours retraite Calculer ma retraite avec le simulateur en ligne Conseils retraite correspondant à mon profil Les réponses à mes questions retraite Mes démarches retraite 5 minutes pour comprendre Guide retraite Web TV La retraite en clair