A A A | imprimer |
22/07/2011

Les jeunes actifs pessimistes quant à l'avenir du système par répartition

C'est ce que révèle une étude TNS Sofres / Amundi du 5 juillet 2011 consacrée aux « jeunes actifs et la retraite ». Deux catégories d'actifs ont été interrogées pour cette étude : les 25-34 ans et les 35-44 ans.

 

Un besoin d'information évident

Les 25-34 ans sont 81 % à ne pas avoir confiance dans le système actuel par répartition (83 % pour les 35-44 ans). Pourtant, 63 % des 25-34 ans pensent qu'ils toucheront 60 % de leur dernier revenu. Cela révèle un manque d'information et de visibilité sur leurs droits futurs à la retraite.

Déficit d'information qu'ils reconnaissent d'ailleurs : près de 3 jeunes sur 5 pensent qu'ils n'agissent pas comme ils devraient du fait de ce manque d'information. Ils sont 34 % à penser que c'est à l'Etat que revient ce devoir d'information, loin devant les banques (24%) ou les employeurs (20 %). 8 jeunes actifs interrogés sur 10 aimeraient en savoir plus sur leur retraite et 46 % souhaiteraient que cette information soit délivrée dès l'entrée dans la vie active (29 % dans les cinq ans suivant leur entrée dans la vie active).

 

Une mauvaise connaissance des produits d'épargne retraite

Seuls 40 % des 25- 34 ans considèrent avoir une bonne connaissance des placements financiers (assurance vie, PEA) et des produits d'épargne retraite (type PERP). Chez les 35-44 ans, ils sont seulement 33 %. Ce chiffre explique certainement que seuls 28 % des jeunes actifs ont commencé à préparer leur retraite (49 % ne l'ont pas fait et n'envisage pas de le faire). En revanche, ils sont 40 % chez les 35-44 ans à avoir commencé à épargner.

Les solutions d'épargne individuelle sont davantage sollicitées que l'épargne retraite dans le cadre de l'entreprise. Les dispositifs collectifs sont bien souvent méconnus (près d'1/3 des personnes interrogées ne sait pas si son entreprise propose un plan d'épargne retraite !). Pourtant, 73 % considèrent que l'aide de l'entreprise dans la préparation de la retraite constitue un facteur fort de motivation. L'étude révèle également que les jeunes actifs de 25-34 ans privilégient la sécurité au rendement. 92% préfèreraient, un produit qui garantit le capital avec un rendement limité contre 8 % une produit qui ne garantit pas de capital mais qui offre la possibilité d'un rendement plus élevé.

 

La réforme de novembre 2010 : un facteur de motivation ?

Près de la moitié des 25- 34 ans considèrent que les médias n'ont pas assez parlé de la dernière réforme des retraites (57 % des 35-44 ans). Malgré ces chiffres élevés, l'impact de la réforme sur le comportement d'épargne est non négligeable : près d'1 jeune sur 5 épargne davantage, ou envisage de la faire, depuis que la réforme a été votée.

 

 

 

PARTAGEZ CE CONTENU : Imprimer | Partagez sur facebook Partagez sur twitter Partagez sur linkedin Partager sur Google+

offre MAF
Mon parcours retraite Calculer ma retraite avec le simulateur en ligne Conseils retraite correspondant à mon profil Les réponses à mes questions retraite Mes démarches retraite Guide retraite Web TV La retraite en clair