A A A | imprimer |
28/11/2016

Calculer ma retraite de base à taux plein

Calculer sa retraite à taux plein

Calculer sa retraite de base à taux plein dans le régime général s'effectue en 2 temps : vous devez d'abord déterminer votre « salaire annuel moyen ». Depuis la réforme Balladur de 1993, les personnes nées en 1948 ou après calculent leur salaire annuel moyen à partir de leurs 25 meilleures années de revenu. Le salaire de chacune de ces 25 années est revalorisé pour tenir compte de l'inflation ; c'est la moyenne de ces 25 salaires revalorisés que l'on appelle « salaire annuel moyen ».

Ensuite, vous pouvez calculer le montant de votre retraite de base à taux plein, qui s'élève à 50% de votre salaire annuel moyen.

1. Déterminer le salaire annuel moyen

Pour calculer votre « salaire annuel moyen », vous devez faire la moyenne de vos salaires annuels en prenant les 25 meilleures années de votre carrière (et non les 25 dernières années).

Seule exception : pour les personnes nées avant 1948 qui n'ont pas encore pris leur retraite, le nombre d'années de revenus que l'on prend en compte pour calculer le salaire annuel moyen dépend encore de l'année de naissance.

 

Année de naissance Nombre d'années prises en compte pour le calcul du salaire annuel moyen 
1944 21
1945 22
1946 23
1947 24
1948 et après 25

 

Pour obtenir cette moyenne, votre caisse de retraite n'utilisera pas le salaire tel qu'il apparaît sur vos fiches de paie des années passées : le salaire perçu lors de chaque année de la carrière est revalorisé en utilisant l'évolution des prix, suivant la grille des coefficients de revalorisation qui est actualisée chaque année, le 1er avril jusqu'en 2013, le 1er octobre depuis 2015.

 

Par exemple : vous avez perçu 17 500 € de salaire au cours de l'année 1990 (après conversion du montant en francs). En 2016, le coefficient de revalorisation pour 1990  est de 1,432. Si vous calculez votre retraite en 2016, vous compterez donc votre salaire de 1990 pour 17 500 x 1,432 = 25 060 €.
Les coefficients de revalorisation sont disponibles ici.

 

Attention : Les salaires pris en compte ne sont retenus que dans la limite du plafond de la Sécurité sociale de l'année concernée.

Lorsque que le montant annuel de votre salaire dépasse le plafond de la sécurité sociale de l'année considérée, seule la partie du salaire qui ne dépasse pas ce plafond est prise en compte dans le calcul. Par exemple, si vous aviez perçu 30 000 € en 1990, on ne retiendrait que le montant du plafond de la Sécurité sociale de l'année, soit 19 976 euros. C'est à ce montant que l'on appliquera le coefficient de revalorisation. Si vous prenez votre retraite en 2016,  on retiendra donc, pour l'année 1990 : 19 976 x 1,432 = 28 606 €.


Ce même calcul est appliqué à chacune des 25 meilleures années de votre carrière, en fonction des coefficients de revalorisation qui évoluent chaque année.
Votre salaire annuel moyen correspondra à la somme des salaires de vos 25 meilleures années revalorisées, divisée par 25.

 

Remarque : certaines années, les coefficients ne sont pas revalorisés. C'était le cas en 2016, où l'inflation était proche de zéro. Les pensions de retraite n'ont pas été revalorisées non plus.

 

 

2. Obtenir le montant de sa retraite de base à taux plein

La retraite de base à taux plein se calcule alors simplement : elle représente 50% de ce salaire annuel moyen.

Ce taux plein est réservé à :

  • ceux qui ont atteint l'âge légal de la retraite (62 ans à partir de la génération née en 1955, entre 60 et 62 pour les générations précédentes) ET ont cotisé le nombre requis de trimestres (entre 160 et 172 suivant l'année de naissance). 
  • ceux qui ont atteint l'âge de la retraite à taux plein sans condition de durée de cotisation (67 ans à partir de la génération 1955, entre 65 et 67 pour les générations précédentes).        

La pension est ensuite revalorisée tous les ans, le 1er octobre, en suivant l'indice des prix. Le montant de la pension à taux plein ne peut pas être inférieur à un certain montant (688 € par mois en 2016) : c'est ce qu'on appelle le minimum contributif.

Ce montant peut être réduit :
- par un « coefficient de proratisation », si vous avez validé, dans le régime général, moins de trimestres que la durée d'assurance de référence (entre 150 et 172 trimestres suivant votre année de naissance).
- par une « décote », si vous avez validé, tous régimes confondus, moins de trimestres que la durée d'assurance requise (entre 160 et 172 trimestres suivant votre année de naissance).
...ou augmenté :

- par une « surcote », si vous avez continué à cotiser au-delà de 67 ans et de votre durée d'assurance requise.

Remarque : il est tout à fait possible, quand on a cotisé à plusieurs régimes différents d'avoir moins de trimestres que nécessaire dans le régime général, tout en ayant, tous régimes confondus, le nombre de trimestres requis pour la retraite à taux plein. Ce sont deux choses différentes.

Par exemple, vous pouvez avoir validé 120 trimestres au régime général et 44 dans un ou plusieurs autres régimes. Si vous êtes né en 1952, vous remplissez les conditions pour le taux plein (120 + 44 = 164 trimestres). Votre pension du régime général sera calculée au prorata du nombre de trimestres validés dans ce régime : on multipliera votre pension de retraite à taux plein par 120/164. Votre pension sera affectée par le coefficient de proratisation mais ne subira pas de décote.

En revanche, si vous ne remplissez aucune des deux conditions, votre pension sera bien réduite deux fois : par le « coefficient de proratisation », puis par la décote.

 

 

 

3309 personnes ont trouvé cet article utile. Avez-vous trouvé cet article utile ? ouinon

PARTAGEZ CE CONTENU : Imprimer | Partagez sur facebook Partagez sur twitter Partagez sur linkedin Partager sur Google+


Autour du même sujet

Autres articles du dossier

offre MAF
Mon parcours retraite Calculer ma retraite avec le simulateur en ligne Conseils retraite correspondant à mon profil Les réponses à mes questions retraite Mes démarches retraite Guide retraite Web TV La retraite en clair