A A A | imprimer |
20/03/2017

Salariés du régime général, calculez votre retraite complémentaire

Les régimes par points : illustration de l\'article

Aujourd'hui, toutes les professions bénéficient d'un régime de retraite complémentaire obligatoire. La retraite complémentaire s'ajoute donc à la retraite de base de la Sécurité sociale pour constituer la retraite globale. Elle a la particularité de fonctionner selon un mode de calcul par points quand la retraite de base est comptée en trimestres. Tous les mois, salariés et employeurs versent des cotisations salariales et patronales aux caisses des retraites complémentaires. Vous pouvez calculer le montant de votre retraite en ayant auparavant identifié la caisse qui vous la versera et la valeur du point de retraite.

1. Les deux caisses complémentaires des salariés du régime général : AGIRC-ARRCO

Les salariés cadres et non-cadres du secteur privé cotisent obligatoirement à l'ARRCO (Association pour le régime de retraite complémentaire des salariés) pour leur retraite complémentaire. En pratique, votre employeur retire de votre salaire brut mensuel le montant de la cotisation salariale pour la retraite complémentaire qu'il ajoute aux cotisations patronales versées à l'ARRCO.

 

En plus de leur cotisation à l'ARRCO, les salariés cadres cotisent également à l'AGIRC (Association générale des institutions de retraite des cadres) selon le même principe.

 

A partir de 2019, l'ARRCO et l'AGIRC fusionneront : il n'y aura plus qu'une seule caisse de retraite complémentaire pour l'ensemble des salariés.

 

 

 

2. Comment calculer sa retraite complémentaire ?

La retraite complémentaire est calculée de façon très différente de celui employé pour la retraite de base : elle utilise un système de points.

 

Les cotisations prélevées chaque mois sur votre salaire pour les régimes complémentaires sont converties en points, en divisant le montant des cotisations par le prix d'achat du point (qui change chaque année : en 2017, 16,1879 € pour l'Arrco, 5,6306 € pour l'Agirc). Il est essentiel de conserver vos relevés de points.

Au moment de partir à la retraite, vos points accumulés sont convertis en euros, en les multipliant par la valeur du point (fixée, elle aussi, chaque année ; depuis le 1er avril 2015, cette valeur est de 1,2513 €  pour le point Arrco, 0,4352 € pour le point Agirc). Le résultat donne la pension annuelle qui vous est versée.

 

Attention ! le prix d'achat du point et sa valeur sont deux choses différentes. Le prix d'achat permet de convertir les cotisations en points ; la valeur du point permet de convertir les points en montant de pension au moment de la retraite.

 

Le montant de la retraite complémentaire que vous percevrez se calcule suivant une formule simple :
nombre de points x valeur du point

 

 

3. Comment les cotisations ARRCO-AGIRC sont-elles transformées en points ?

Le régime par points est le mécanisme de calcul de la retraite utilisé par les régimes de retraite complémentaires.

Au lieu de calculer la retraite comme un pourcentage du revenu moyen, ces régimes attribuent aux assurés un certain nombre de points, calculé en fonction du montant de leurs cotisations. Les assurés acquièrent tout au long de leur vie professionnelle, sur la base des cotisations prélevées chaque mois sur leur salaire, des points qui, à la retraite, sont convertis en euros. La valeur du point est actualisée chaque année.

 

Différentes tranches de cotisations sont prévues, en fonction du niveau de salaire et par référence au plafond de la Sécurité sociale.

 

À l'ARRCO, deux tranches de cotisations sont prises en compte :

  • la tranche 1 pour la partie du salaire inférieure ou égale au plafond de la Sécurité sociale
  • et la tranche 2 pour la partie du salaire comprise entre 1 et 3 fois ce plafond.

À l'AGIRC, deux tranches de cotisation sont également retenues :

  • la tranche B pour la partie du salaire comprise entre 1 et 4  fois le plafond de la Sécurité sociale ;
  • et la tranche C pour la partie du salaire comprise entre 4 et 8 fois ce plafond.

Dans le cas de l'Agirc, il existe un plancher de cotisation, appelé la "Garantie minimum de points", et qui correspond à l'acquisition de 120 points annuels. En 2017, ce montant plancher s'élève à 70,38 euros de cotisations (patronale + salariale) par mois.

 

Le nombre de points acquis chaque année par l'assuré correspond au rapport entre les cotisations versées par lui-même et son employeur, et le prix d'achat du point, qui est fixé chaque année.

 

Les cotisations à l'AGIRC et à l'ARRCO sont majorées par un taux d'appel de 125 %, ce qui fait qu'une partie des cotisations versées ne génère pas de points.
En pratique, cela signifie que sur 1 000 € de salaire, un salarié paiera 7,75 % de cotisations, soit 77,5 euros, mais n'accumulera des points que sur 6,20 %, soit 62 € à diviser par le prix d'achat du point.

 

 

4. Comment toucher sa retraite complémentaire ?

La retraite complémentaire n'est jamais attribuée automatiquement : il faut la demander. Cette démarche porte le nom de liquidation.

Il est conseillé de le faire  4 à 6 mois avant la date souhaitée de départ en retraite, auprès de l'organisme auquel vous êtes rattaché.
Il est nécessaire pour l'obtenir  d'avoir effectué une reconstitution de carrière qui  recense toutes vos périodes d'activité.
Depuis le 1er janvier 2014, les pensions ARRCO et  AGIRC sont versées chaque mois, et non plus trimestriellement.

 

 

5. Quelles sont les conditions de liquidation de la retraite complémentaire ?

5.1. Si vous partez à la retraite avant 2019

Si vous souhaitez obtenir votre retraite complémentaire au taux plein, vous devez soit :

 

  • avoir dépassé l'âge minimal de la retraite de base (entre 60 et 62 ans suivant l'année de naissance) ET avoir obtenu la liquidation à taux plein de la retraite de base de la Sécurité sociale ;
  • avoir atteint l'âge minimum de la retraite de base augmenté de 5 ans, soit entre 65 et 67 ans suivant l'année de naissance.  

Ces âges sont les mêmes que pour percevoir sa retraite de base.

 

 

5.2. Si vous partez à la retraite à partir du 1er janvier 2019

Pour rétablir l'équilibre financier des caisses de retraite complémentaire, les conditions de départ à la retraite seront modifiées à partir de 2019 (en savoir plus : Retraite complémentaire : accord signé ce vendredi 30 octobre).


A partir de 2019, si vous liquidez votre retraite de base à taux plein avant 67 ans, votre pension de retraite complémentaire sera réduite de 10% les trois premières années (ou jusqu'à vos 67 ans si vous êtes à moins de 3 ans de cet âge).
Les handicapés, les personnes en incapacité à au moins 50%, les travailleurs de l'amiante, les parents qui ont dû s'occuper d'enfants handicapés et les mères ouvrières ayant élevé au moins 3 enfants ne sont pas concernés. Vous ne subissez pas non plus la réduction si vous n'êtes pas soumis à la CSG, et vous n'en subissez que la moitié (5%) si vous payez la CSG réduite.


Vous n'êtes pas concerné non plus si vous liquidez votre pension à taux réduit.

 

Si vous liquidez votre retraite de base à taux plein un an plus tard que la date à laquelle vous avez rempli les conditions pour le faire, votre pension ne subira aucune réduction.Si vous partez en retraite encore plus longtemps après la date où vous auriez pu le faire à taux plein, mais avant 67 ans, vous bénéficiez d'une surcote exceptionnelle la première année :

 

Nombre d'années après la date où vous remplissez les conditions pour le taux plein (pour une retraite prise avant 67 ans) Majoration la première année de retraite
2 ans +10 %
3 ans +20 %
4 ans + 30 %



Le site de l'Arrco-Agirc propose un simulateur en ligne pour mesurer l'impact de ce nouveau système sur votre pension, en fonction de vos choix.

 

 

5.3. Cas particuliers

Quelques cas particuliers, valables pour l'Arrco-Agirc :

 

  • L'âge de départ à la retraite sans condition de durée d'assurance passe progressivement de 65 à 67 ans, comme dans le régime de base, mais pour le moment suivant un calendrier un peu différent : c'est à partir de la génération 1956 que l'âge de 67 ans s'applique, au lieu de la génération 1955 pour le régime de base et la plupart des autres régimes.
  • Pour les travailleurs handicapés ayant cotisé une certaine durée en situation de handicap, il peut être possible de liquider sa retraite de base à taux plein, et donc sa retraite complémentaire, à partir de 55 ans.
  • Il est possible d'obtenir votre retraite complémentaire dès 57 ans, (ou entre 55 et 57 si vous êtes né avant 1956) mais avec une minoration.
  • Si votre rémunération est supérieure à 4 fois le plafond mensuel de la Sécurité sociale : les points acquis sur la part du salaire comprise entre 4 fois et 8 fois le plafond (tranche C) donnent droit à une pension dans des conditions un peu différentes : vous devez impérativement avoir atteint 67 ans ( pour les générations 1956 et suivantes) . Il est possible cependant de percevoir la retraite « tranche C » à un taux minoré dès 57 ans (ou entre 55 et 57 si vous êtes né avant 1956).
     
1405 personnes ont trouvé cet article utile. Avez-vous trouvé cet article utile ? ouinon

PARTAGEZ CE CONTENU : Imprimer | Partagez sur facebook Partagez sur twitter Partagez sur linkedin Partager sur Google+


Autour du même sujet

Autres articles du dossier

offre MAF
Mon parcours retraite Calculer ma retraite avec le simulateur en ligne Conseils retraite correspondant à mon profil Les réponses à mes questions retraite Mes démarches retraite Guide retraite Web TV La retraite en clair