A A A | imprimer |
15/11/2018

Retraite : vers une dégradation du niveau de vie des retraités ?

Les Français sont généralement inquiets quant à la baisse de leur pouvoir d’achat au moment du passage à la retraite. Cette crainte est-elle fondée ?

Le contexte

Les Français en activité attendent la retraite avec impatience, mais ils craignent en même temps une baisse de leur niveau de vie. Pourtant, depuis une vingtaine d’années, les retraités ont un niveau de vie supérieur à celui des actifs. En 2012, par exemple, leur niveau de vie correspondait à 103 % de celui des actifs.

Cette tendance pourrait cependant s’inverser. Depuis plusieurs années déjà, le Conseil d’orientation des retraites (COR) annonce un inversement de tendance. En effet, les pensions sont indexées sur les prix, et non plus sur les salaires qui augmentent plus vite que l’inflation. Ce qui a pour effet de creuser la différence entre le niveau de vie des retraités et celui de la population active.

En 2017, dans son 4e rapport annuel, le COR prévoyait que le niveau de vie des retraités représenterait, en 2070, entre 82 % et 94 % de celui de la population (selon les hypothèses de croissance). Dans son 5e rapport annuel paru à l’été 2018, le COR revient sur ses prévisions pour les affiner à la baisse : le niveau de vie des retraités représenterait, en 2070, entre 77 % et 89 % de celui de la population.

Les raisons de la baisse du niveau de vie des retraités

Plusieurs mesures ont affecté dernièrement les pensions des retraités :

  • Depuis le 1er janvier 2018, environ 8,2 millions de retraités subissent une hausse de la Contribution sociale généralisée (CSG) de 1,7 % sur leur revenu brut. Le taux de CSG est ainsi passé, pour les pensions de retraite, de 6,6 % à 8,3 %. Pour les retraités, cette hausse n’a pas été compensée, contrairement aux salariés qui ont, eux, bénéficié de la suppression des cotisations chômage et maladie.
  • La pension de retraite de base ne sera revalorisée que de 0,3 % en 2019 ainsi qu’en 2020, alors que le niveau de l’inflation selon les prévisions de l’Insee sera probablement environ de 1,7 %. Il y a donc sous-indexation des retraites par rapport à l’inflation. La retraite complémentaire sera, elle, revalorisée de 0,6 %.
  • Le décalage de la revalorisation du 1er octobre au 1er janvier2019 entraînera un gel des pensions pendant 3 mois qui ne sera pas rattrapé.
Ces mesures font mécaniquement baisser les revenus des retraités et de fait, leur niveau de vie.

Des compensations

Dans ce contexte, le gouvernement a décidé de faire un geste en direction des retraités percevant les revenus les plus bas. Près de 350 000 retraités dont le taux de CSG a augmenté de 1,7 % en 2018, en seront exemptés dès l’année 2019.

De plus, ces mesures devraient être compensées par une baisse de la taxe d’habitation, dès cet automne, pour 80 % des ménages les moins aisés. Ceux-ci bénéficieront d’une 2e tranche de dégrèvement en 2019 pour arriver, en 2020, à une exonération totale.

Source : COR – Impots.gouv.fr

PARTAGEZ CE CONTENU : Imprimer | Partagez sur facebook Partagez sur twitter Partagez sur linkedin Partager sur Google+

offre MAF
Mon parcours retraite Calculer ma retraite avec le simulateur en ligne Conseils retraite correspondant à mon profil Les réponses à mes questions retraite Mes démarches retraite 5 minutes pour comprendre Guide retraite Web TV La retraite en clair