A A A | imprimer |
08/03/2017

Passer cadre, qu'est-ce que ça change pour ma retraite ?

Passer cadre qu'est-ce que ça change pour ma retraite

Devenir cadre ne change pas vos cotisations au régime de base, mais affecte vos cotisations de retraite complémentaire. En-dessous d'un certain seuil, votre net va même se réduire, à salaire brut égal ! Mais pour un peu plus de droits à la retraite. Explications.

 

1. Principe

Que vous soyez salarié du régime général ou de l'agriculture, le passage au statut cadre n'a pas d'incidence sur votre régime de base : vous continuez à cotiser le même pourcentage de votre salaire à la CNAV (ou à la MSA si vous êtes salarié agricole).

 

Le passage au statut cadre modifie, en revanche, votre situation au regard de la retraite complémentaire. En pratique, en dessous d'un certain salaire, vous verserez davantage de cotisations, mais percevrez également une retraite un peu plus élevée.

 

 

2. Le changement de cotisations complémentaires

2.1. En tant que salarié non-cadre du secteur privé

En tant que salarié non-cadre du secteur privé, vous cotisiez à un seul organisme pour votre retraite complémentaire : l'Arrco. Dès lors que vous devenez cadre, vous cotisez, en plus, à un autre organisme : l'Agirc.
Quand vous étiez non-cadre, votre cotisation s'élèvait à :

  • 3,1% de la part de votre salaire brut située en-dessous du plafond de la Sécurité sociale, pendant que votre employeur versait 4,65%, à l'Arrco (soit 7,75% du brut au total).
  • Si votre salaire dépassait le plafond de la Sécurité sociale, 8,1% de la part de votre salaire brut située entre ce plafond et trois fois son montant, pendant que votre employeur versait 12,15%, toujours à l'Arrco (soit 20,25% du brut au total).

L'ensemble des cotisations versées par vous et votre employeur vous donnait droit à des points de retraite Arrco.

 

 

2.2. En tant que salarié cadre du secteur privé

En tant que salarié cadre du secteur privé, vous continuerez à verser, sur la part inférieure au plafond de la Sécurité sociale, 3,1% à l'Arrco (avec 4,65% à la charge de votre employeur, soit 7,75% au total), comme les non-cadres. Au-dessus de ce plafond, vous ne paierez rien de plus à l'Arrco.

 

En revanche, sur la part située entre une fois et quatre fois (et non plus trois fois) le plafond de la Sécurité sociale, vous paierez 7,8% à l'Agirc (12,75% pour votre employeur), soit 20,55% au total.
Vous accumulez donc des points Arrco et des points Agirc.


 
Vous acquitterez en plus la CET (contribution exceptionnelle et temporaire, en vigueur depuis… 1997) de 0,13% (plus 0,22% pour l'employeur, soit 0,35% au total). Celle-ci ne vous donne droit à aucun point.

 

(Cadre ou non-cadre, vous versez également une cotisation à l'AGFF, pour le financement de la retraite complémentaire, mais les taux sont les mêmes).

 

Enfin, si vous gagnez plus que 4 fois le plafond de la Sécurité sociale, vous verserez des cotisations dites « tranche C », qui vous donneront des droits supplémentaires.

 

 

3. La garantie minimale de points (GMP)

En apparence, donc, jusqu'à trois fois le plafond de la Sécurité sociale, vous devriez payer moins qu'avant, sur la fiche de paie (7,8% contre 8,1%) ; mais il n'en est rien, du fait de la Garantie minimale de points (GMP) de l'Agirc.

 

En vertu de ce mécanisme, vous percevez, chaque année, un minimum de 120 points Agirc, en échange d'une cotisation forfaitaire, fixée en 2017 à 70,38€ par mois, quel que soit votre salaire (26,71€ à votre charge, 43,67€ à la charge de l'employeur). C'est la cotisation que vous acquitteriez, au taux normal, si vous gagniez 3611,48€ par mois.

 

Si vous gagnez moins (comme c'est le cas de près de la moitié des cadres), vous payez donc proportionnellement plus que le taux normal. En revanche, une fois à la retraite, vous percevrez, en plus de votre retraite complémentaire Arrco, une retraite complémentaire Agirc, comparativement un peu plus élevée que l'équivalent Arrco si vous aviez cotisé comme non-cadre.

 

 

4. Et donc, concrètement ?

- En passant cadre, vous paierez :

  • 0,13% en plus de CET ;
  • 0,3% en moins en charge salariale au-dessus du plafond de la Sécurité sociale ; mais du point de vue de l'employeur, votre coût salarial total augmente de 0,65% (0,35% de CET + 0,3% d'Agirc).
  • en pratique, quelques euros de plus qu'avant si vous gagnez moins de 3 611,48 € par mois.

Au-dessus de 3 fois le plafond de la Sécurité sociale, vous payez des cotisations que vous n'auriez pas payées en tant que non-cadre ; mais il est de toute façon peu probable que vous auriez perçu un tel montant avec ce statut (près de 10 000 € par mois).


- Pour un salaire brut de 3400€, vous paieriez en 2017, pour la retraite complémentaire, une quinzaine d'euros de plus en charges salariales en tant que cadre, par rapport au même salaire perçu en tant que non-cadre. Et vous coûteriez un peu plus de 55 euros de plus à votre employeur.

 

Pendant longtemps, les cotisations Agirc avaient un rendement plus élevé que celles de l'Arrco : un euro de cotisation donnait droit, comparativement, à davantage de retraite. Ce n'est plus le cas depuis 2000 environ. Par ailleurs, il est prévu, pour l'instant, que les régimes Arrco et Agirc fusionnent au 1er janvier 2019. Les dernières différences cadres/non-cadres en matière de retraite devraient donc disparaître.

 

 

En savoir plus sur les cotisations retraite sur votre feuille de paie.

 

 

113 personnes ont trouvé cet article utile. Avez-vous trouvé cet article utile ? ouinon

PARTAGEZ CE CONTENU : Imprimer | Partagez sur facebook Partagez sur twitter Partagez sur linkedin Partager sur Google+

Autour du même sujet

25/01/2017

La feuille de paie

Autres articles du dossier

offre MAF
Mon parcours retraite Calculer ma retraite avec le simulateur en ligne Conseils retraite correspondant à mon profil Les réponses à mes questions retraite Mes démarches retraite Guide retraite Web TV La retraite en clair