A A A | imprimer |
07/07/2010

Les grandes familles de l'assurance vie

Jean-Pierre DIaz

L'assurance-vie constitue l'un des placements favoris des Français avec 137,5 milliards d'euros de cotisations et plus de 1 300 milliards d'euros d'encours en 2009. Que recouvrent ces contrats ? Comment fonctionnent-ils ? On vous explique tout.

 

1. Les grandes familles de l'assurance-vie

Pour compléter votre pension de retraite, il peut être intéressant de recourir à l'assurance-vie. Même si elle peut être utilisée pour tout autre projet, les deux tiers des personnes qui y ont souscrit déclarent le faire en vue de leur retraite.

 

On distingue 2 grandes catégories de contrats : les contrats d'assurance-vie « traditionnels » et les contrats diversifiés.

 

 

1.1. Les contrats d'assurance-vie traditionnels

Ils désignent les contrats dont les supports d'investissement possibles sont les fonds en euros d'une part et les unités de compte d'autre part. Certains contrats ne proposent qu'une seule forme d'investissement (fonds en euros ou unités de compte). Mais depuis plusieurs années les contrats dits « multi-supports » permettent un panachage entre les deux.

 

Jean-Pierre Diaz, responsable des produits d'épargne et de prévoyance en France chez BNP Paribas Cardif, revient sur les différences entre ces deux formules. Interview du 07/07/2012.

 

Voir la vidéo

 

 

Ou lire la retranscription :

 

Jean-Pierre Diaz
« Il existe plusieurs types de contrats d'assurance-vie : les deux types de contrats de base sont les contrats en euros et les contrats en unités de compte.

 

1ere grande catégorie : les garanties sont libellées en euros

 

C'est très technique, mais pour résumer : c'est le fonds général des sociétés d'assurance. Vous versez 100 euros à un assureur, vous êtes sûr que votre épargne ne descendra jamais en dessous de ces 100 euros que vous avez versés et qu'elle sera rémunérée chaque année. Elle bénéficiera d'une participation aux bénéfices, c'est-à-dire d'un rendement financier que l'assureur a réalisé dans l'année et qui sera servi généralement le 31 décembre.

C'est une épargne qui croît chaque année de 3 ou 4% en fonction des performances que l'assureur a réalisées sur les marchés.

 

2ème grande catégorie : les garanties libellées en unités de compte

 

Si vous versez 100 euros à ce même assureur, il ne vous garantit pas vos 100 euros. Il vous garantira un nombre d'unités de compte qui sont des supports financiers (SICAV, OPCVM) qu'il aura achetés sur les marchés financiers. Avec ces 100 euros vous aurez donc un certain nombre de parts de ces supports d'unités de compte.

Le jour où vous voudrez récupérer votre épargne, vous récupérerez la contre-valeur en euros de ce nombre de parts.

Si l'OPCVM ou la SICAV a connu des performances financières très positives, vous récupérez beaucoup plus que les 100 euros que vous avez mis à l'origine.

Si en revanche les performances n'ont pas été au rendez-vous ou s'il y a eu un crac financier entre les deux, les aléas financiers peuvent avoir des conséquences assez néfastes sur l'épargne qui est exclusivement placée sur ces supports-là. Vous récupérerez moins que votre mise d'origine.

 

Pour résumer :

  • Sur un fonds général (un fonds en euros), c'est l'assureur qui porte le risque. L'assuré, lui, a des versements et des rendements réguliers mais par conséquent peu élevés.
  • Sur les contrats en unités de compte, c'est l'assuré qui porte les risques financiers, mais en contrepartie, il peut espérer des performances financières beaucoup plus élevées. »

 

1.2. Les contrats d'assurance-vie diversifiés

Pour cumuler les avantages de ces 2 types d'investissement, une troisième formule a été développée : les contrats diversifiés. Jean-Pierre Diaz vous explique les spécificités de ces contrats, encore peu répandus.

 

 

Jean-Pierre Diaz
« Les pouvoirs publics se sont rendu compte qu'il y avait une trop grande différence entre le « tout sécurité » d'un coté et le « zéro sécurité » de l'autre. On pouvait déjà néanmoins procéder à un entre-deux en souscrivant des contrats « multi-supports » qui répartissent la prime versée entre fonds général en euros et unités de compte.

 

Le concept de « contrat diversifié » a été fortement développé dans la loi Fillon en 2003 à propos du Perp. Ce qui a été confirmé par la suite en 2005 sur les contrats d'assurance-vie, où l'on a essayé de donner des garanties aux assurés : la garantie de ne pas perdre tout ou partie de l'épargne confiée à un assureur, associée à de la performance. Avec l'espoir d'avoir un petit peu plus que ce que peut procurer un fonds général. Ce sont des contrats diversifiés qui sont peu répandus à ce jour et qui donnent une garantie au terme du contrat.

 

En vue de préparer sa retraite, par exemple, cela peut être une formule optimale puisque si l'on confie à l'assureur des sommes pour sa retraite, cela signifie qu'a priori on n'en a pas besoin avant. Ainsi, sur un très long horizon, l'assureur pourra placer ces fonds-là sur des actifs plus risqués, typiquement des actions, qui sont aussi plus performants. Donc on allie à la fois la performance et la sécurité à terme, mais on ne peut avoir une sécurité à tout moment.

 

Ces contrats diversifiés ont donc été conçus pour trouver un meilleur équilibre du point de vue de l'assuré entre performance et sécurité, surtout sur un horizon long comme l'est la retraite. Ce sont des contrats qui sont particulièrement adaptés à ce cas précis. »

 

 

 

2. Les grandes familles de l'assurance-vie : les points à retenir

Il existe trois types de produits d'assurance-vie.

 

  • Les contrats investis en fonds en euros : le fonds en euros (ou fonds général) est le support d'investissement le plus sécurisé. Pour une somme X versée, vous avez la garantie que votre épargne ne descendra jamais au-dessous de ces X euros. De plus, votre épargne est revalorisée chaque année en fonction des performances de l'assureur sur le fonds en euros.

  • Les contrats investis sur des supports en unités de compte : Les unités de compte offrent un potentiel de performance plus important, mais sont aussi plus risquées. Pour une somme X versée, votre assureur ne vous garantit pas un montant, mais un certain nombre de parts d'unités de compte. Les unités de compte viennent en représentation des parts d'un support financier (un OPCVM, une SICAV…). Le jour où vous souhaitez récupérer votre épargne, vous obtenez alors la contre-valeur en euros de ces parts au jour de leur vente. Ainsi, en fonction des performances du support financier, vous pouvez effectuer une plus-value importante. En revanche, en cas de crac financier ou de mauvaises performances, vous risquez également de voir votre épargne baisser bien en-dessous de votre mise de départ.

 

A noter : les contrats dits « multi-supports » permettent aujourd'hui de répartir vos versements entre le fonds en euros et les unités de compte.

 

  • Les contrats diversifiés : ce contrat est moins répandu. Il a pour objectif d'atteindre un meilleur équilibre entre sécurité et performance. Il confère une garantie du capital investi, mais uniquement au terme du contrat. Ce type de contrat peut être particulièrement adapté à la constitution d'un capital en vue de la retraite.

 

En savoir plus sur les solutions retraite.

75 personnes ont trouvé cet article utile. Avez-vous trouvé cet article utile ? ouinon

PARTAGEZ CE CONTENU : Imprimer | Partagez sur facebook Partagez sur twitter Partagez sur linkedin Partager sur Google+

Autres articles du dossier

offre MAF
Mon parcours retraite Calculer ma retraite avec le simulateur en ligne Conseils retraite correspondant à mon profil Les réponses à mes questions retraite Mes démarches retraite Guide retraite Web TV La retraite en clair