A A A | imprimer |
12/01/2018

Dépendance des personnes âgées : comment la financer ?

Le nouveau défi de la dépendance : illustration de l\'article

Avec le vieillissement de la population française, le nombre de personnes âgées dépendantes s'accroît fortement. Le problème de son financement à long terme se pose aussi bien à l'échelon collectif qu'au niveau individuel. Le point en quelques chiffres.

 

 

1. La dépendance, un enjeu de financement à long terme

La dépendance est une réalité multiple liée à des facteurs physiques, psychiques et sociaux, que l'on définit couramment comme la difficulté à accomplir seul des actes de la vie courante.
Le vieillissement de la population française et l'allongement de l'espérance de vie (d'un trimestre supplémentaire chaque année) conduisent à une augmentation considérable du nombre de personnes âgées. Certes, cette évolution ne s'est pas accompagnée d'un allongement de la durée d'invalidité en fin de vie : l'espérance de vie gagnée est une espérance de vie en bonne santé.

 

 

2. La dépendance en chiffres

2.1. Une réalité démographique

Les 60 ans et plus représentent désormais 25% de la population française. D'ici à 2050, la proportion devrait passer à 32%, soit 22,5 millions de personnes. En conséquence, si en moyenne la période de dépendance de chaque Français n'augmente pas, le poids total de la dépendance en France augmente.

 

Selon un rapport de la Drees, le nombre de personnes âgées devrait passer de 1,2 million en 2012 à 2,3 millions en 2060.
Les pensions de retraite ne suffisent pas à couvrir les dépenses des personnes âgées dépendantes.

 

La prise en compte de la dépendance dans le débat public s'est accélérée avec la canicule de 2003. On parle aujourd'hui de l'émergence d'un nouveau champ de la protection sociale, un « cinquième risque »*, qui s'occuperait précisément de la dépendance et du handicap, notamment des personnes âgées.

 

 

2.2. Comment financer le « 5e pilier » de la Sécurité sociale ?

En 2011 (dernières données de la Drees), la prise en charge de la dépendance des personnes âgées représentait 28,3 milliards d'euros, dont environ 21 milliards en allocations ou aides publiques, soit 1% de la richesse nationale. L'Assurance-maladie, à elle seule, finance 60% de ce montant. En plus de cette somme, les ménages dépensent au moins 7 milliards d'euros par an pour couvrir les frais de dépendance (nets d'aide sociale).

 

Comprendre l'APA : allocation personnalisée d'autonomie

 

Des dispositifs institutionnels comme l'APA (Allocation personnalisée d'autonomie : 1,24 million de bénéficiaires en 2013) existent pour aider les personnes âgées dépendantes à financer leurs soins à domicile ou en institut. Mais le montant de ces aides reste souvent insuffisant au regard des besoins.

 

En effet, en moyenne, la dépendance lourde peut représenter un budget mensuel de 2 000 à 3 000 €. On estime que près de 80% des personnes âgées dépendantes hébergées en institution ; disposent d'un revenu inférieur au coût de leur séjour. Celui-ci s'élève en moyenne, dans les EPHAD, à 1 713 €, auxquels s'ajoutent 458 € de frais de dépendance. En moyenne, les aides perçues représentent 413 € par mois ; ce qui laisse 1 758 € à la charge des personnes âgées, alors que les retraites moyennes s'élèvent à 1 380 euros. Les femmes, qui sont les plus nombreuses dans ces établissements, perçoivent encore moins : 1 309 € réversion comprise. Pour les plus bas revenus, l'APA ne suffit pas. C'est donc, dans l'état actuel, aux personnes et aux familles de se préparer à cet horizon qu'est la dépendance.

 

 

3. Dépendance et retraite : Une prise de conscience progressive

Malgré cette situation préoccupante, les Français ne prennent pas tous la mesure du risque de dépendance.

 

Les Français se sont longtemps montrés très réticents à s'assurer à titre individuel contre ce risque. Ils étaient cependant 6,8 millions en 2015 à avoir souscrit un contrat d'assurance contre la dépendance – un chiffre en nette hausse par rapport aux années antérieures. L'horizon du problème et son manque de visibilité pour les plus jeunes expliquent cependant que la majorité des actifs ont du mal à s'en préoccuper.
Alors que se pose toujours le problème du financement à long terme des retraites, et qu'il apparaît que le montant des pensions risque de connaître une progression limitée dans le temps, le problème du financement de la dépendance reste entier.

 

* Traditionnellement, les 4 « risques » de la protection sociale sont la santé, la vieillesse, les accidents du travail, la famille. On y ajoute parfois le chômage et le logement, mais ces « risques » ne dépendent pas de la Sécurité sociale.

 

 

30 personnes ont trouvé cet article utile. Avez-vous trouvé cet article utile ? ouinon

PARTAGEZ CE CONTENU : Imprimer | Partagez sur facebook Partagez sur twitter Partagez sur linkedin Partager sur Google+

Autres articles du dossier

offre MAF
Mon parcours retraite Calculer ma retraite avec le simulateur en ligne Conseils retraite correspondant à mon profil Les réponses à mes questions retraite Mes démarches retraite Guide retraite Web TV La retraite en clair