A A A | imprimer |
20/11/2015

Ce qu'il faut savoir sur la surcote

Ce qu'il faut savoir sur la surcote

 

 

 

La surcote est un mécanisme qui vous permet d'accroître le montant de votre retraite de base en travaillant plus longtemps.

 

 

 

 

 

 

Si vous remplissez toutes les conditions pour percevoir votre retraite à taux plein (vous avez atteint l'âge minimal de départ en retraite et vous avez cotisé suffisamment de trimestres, tous régimes confondus) mais que vous décidez de continuer à travailler, votre retraite bénéficiera alors d'une surcote.

Elle sera augmentée d'un certain pourcentage par trimestre travaillé au-delà de la durée requise de cotisation.

 

Pour le régime général des salariés du privé, comme pour le régime des indépendants ( RSI) et les régimes des agriculteurs (MSA, salariés et exploitants), la surcote est de 1,25% par trimestre travaillé au-delà de la durée requise de cotisation et de l'âge minimal de la retraite.

 

Exemple : si vous avez travaillé 5 trimestres de plus que votre durée d'assurance requise et que vous avez dépassé depuis autant de trimestres l'âge minimal de la retraite, votre pension de base sera augmentée de 5 x 1,25 = 6,25 %.

Si votre pension s'élève à 10 000 € par an, elle passera donc à 10625 €.

 

Attention cependant, les trimestres supplémentaires travaillés entre le 1er janvier 2004 et le 31 décembre 2008 donnent droit à des pourcentages de surcote différents :

  • 0,75% pour les 4 premiers,
  • 1% pour les suivants,
  • 1,25% pour les trimestres travaillés au-delà de 65 ans.

Instauré par la loi Fillon de 2003, ce dispositif s'applique uniquement aux retraites liquidées à compter de 2004.


Le trimestre supplémentaire cotisé correspond à un trimestre civil, soit 90 jours, y compris dans les régimes privés où c'est normalement le montant de la rémunération qui compte pour valider un trimestre (1441,50 euros bruts par mois en 2015), et non pas la durée de travail.


Précision importante : le bonus de la surcote s'applique sur la pension de base hors majorations éventuelles.

Seuls les trimestres travaillés au-delà de la limite donnent droit à surcote : les trimestres de chômage ou de maladie n'y ouvrent pas droit.

 

Pour le régimes des fonctionnaires : les règles sont quasiment les mêmes, à une nuance près : le pourcentage de la surcote est de 1,25 % pour les trimestres validés depuis le 1er janvier 2009, de 0,75 % pour les trimestres validés avant.

 

Pour les professions libérales : la surcote est de 0,75 % et l'ensemble des trimestres comptent, y compris les trimestres assimilés.

 

A noter : contrairement à la décote limitée à 20 trimestres, soit 25 %, la surcote n'est pas plafonnée. L'effort consenti est d'autant plus intéressant financièrement que la surcote est viagère, c'est-à-dire qu'elle est versée jusqu'au décès. Aucune démarche particulière n'est nécessaire. C'est le régime de base qui calcule le nombre de trimestres cotisés et applique automatiquement la surcote si la durée de cotisation demandée est dépassée.

1249 personnes ont trouvé cet article utile. Avez-vous trouvé cet article utile ? ouinon

PARTAGEZ CE CONTENU : Imprimer | Partagez sur facebook Partagez sur twitter Partagez sur linkedin Partager sur Google+

Autres articles du dossier

Autour du même sujet

offre MAF
Mon parcours retraite Calculer ma retraite avec le simulateur en ligne Conseils retraite correspondant à mon profil Les réponses à mes questions retraite Mes démarches retraite Guide retraite Web TV La retraite en clair